5 choses à considérer avant d’embaucher un ancien employé

5 choses à considérer avant d’embaucher un ancien employé

Alors qu’il était normal pour un employé, il y a quelques années, de travailler dans la même entreprise pendant 10, 20 ou même 30 ans, 51 pour cent d’entre eux conservent aujourd’hui un même poste pendant moins de deux ans, en moyenne. Malgré les défis que cela pose aux employeurs, la recherche suggère qu’ils font comme un boomerang : en d’autres termes, ils reviennent de plus en plus vers leurs anciens employeurs.

Selon les données compilées par Workopolis, la proportion de Canadiens qui ont commencé un emploi dans une entreprise pour laquelle ils ont déjà travaillé a plus que doublé au cours des 15 dernières années. En 2015, 2,57 % des demandeurs retenus par Workopolis, soit plus d’un employé sur 40, ont rejoint les rangs d’un ancien employeur. Par comparaison, seulement 1 % de ceux embauchés par l’entremise de la plateforme Workopolis étaient des employés « boomerang » en 2000.

Les données ont également révélé que l’industrie la plus commune pour les employés « boomerang » est l’éducation, suivie par les soins de santé, les finances, le commerce de détail et le gouvernement.

Voici les cinq choses à considérer avant d’embaucher un ancien employé.

Déterminer pourquoi il a démissionné en premier lieu

Le premier pas vers la réconciliation est d’admettre que quelque chose s’est mal passé dans la relation. Fouillez et explorez ce qui s’est passé et découvrez pourquoi; l’employé est-il parti en bons termes? Si vous ne pouvez pas déterminer pourquoi quelqu’un est parti, vous ne pouvez pas être sûr qu’il restera plus longtemps la seconde fois.

« Est-ce qu’il est parti parce qu’il n’arrivait pas à s’entendre avec son gérant? Ce gestionnaire est-il encore là? Sera-t-il encore sous son autorité? Ou est-ce que ce gestionnaire est parti? », demande Cissy Pau, consultante principale de Clear HR Consulting à Vancouver. « Y a-t-il quelque chose de plus à considérer? Est-ce qu’il est parti à cause de collègues, ou est-ce que la nature du travail ne lui plaisait pas? Qu’est-ce qui a changé maintenant pour lui donner envie de revenir? » Pau ajoute que ce sont toutes des questions importantes auxquelles répondre avant d’embaucher un employé « boomerang ».

Abordez tous les problèmes dès le départ

Après avoir déterminé pourquoi l’employé est parti, il est important de résoudre tout problème qui peut avoir causé son départ, ou que son départ peut avoir causé par inadvertance.

« S’il existe des problèmes spécifiques, il est important de les aborder, comme vous le feriez avec n’importe qui d’autre, comme s’il s’agissait de drapeaux rouges sur un curriculum vitae » affirme Pau, ajoutant que l’employeur ne doit pas hésiter à poser des questions difficiles, comme tenter de savoir si l’employé s’est amélioré dans des domaines qui auraient pu poser problème lors de son emploi d’origine.

Pensez à la façon dont son retour affectera le moral des employés

Alors que certains anciens collègues seront accueillis de nouveau au bureau à bras ouverts, d’autres pourraient revenir et devoir faire face à des problèmes qui persistent depuis leur départ. Avant d’embaucher un ancien employé, il est important d’examiner comment son retour sera reçu par ses collègues et l’impact qu’il aura sur le moral de l’entreprise, en particulier dans les petites organisations ou équipes.

« Vous devez vous assurer que les antécédents ne poseront aucun problème, parce que vous ne pouvez pas vous cacher dans une petite entreprise », déclare Pau. « C’est là où l’aspect culturel et dynamique devient vraiment important. Chaque fois que vous ajoutez une nouvelle personne dans une petite entreprise, cela change un peu la dynamique, alors vous devez vous demander si cette personne améliore la situation ou pas. »

Considérez de quelle manière il a changé

Si l’ancien employé est parti depuis quelques mois ou quelques années, il est probable qu’il ait changé depuis votre dernière interaction. Bien que beaucoup auront amélioré et diversifié leurs compétences entre-temps, on ne peut pas supposer que tous ces changements seront bénéfiques pour l’organisation.

« Il pourrait s’intégrer plus vite que quelqu’un de nouveau, parce que vous vous connaissez déjà. S’il s’agit d’un excellent employé, vous pourriez accélérer le processus d’embauche, mais dans la plupart des cas, je recommanderais toujours de faire exactement ce que vous feriez lors d’un processus d’embauche habituel », dit Pau. « Vous devez avoir un processus d’embauche et d’évaluation ferme ainsi que des critères à respecter, pas seulement suivre une intuition, ou prendre une décision en fonction de si vous avez aimé cet ancien employé ou non. »

Considérez de quelle manière vous avez changé

Tout comme l’ancien employé a probablement changé pendant le temps qui s’est écoulé depuis votre dernière rencontre, il est probable que votre organisation ait aussi évolué.

« Vous ne pouvez pas supposer que les circonstances dans lesquelles la personne travaillait au moment où elle est partie vont être les mêmes que maintenant », insiste Pau. « C’est un piège potentiellement dangereux dans lequel les employeurs et les employés peuvent tomber. Vous pensez que vous retournez dans le même environnement et la même culture, mais aucune des deux parties ne peut supposer que ce qui était là le sera toujours.

De quoi faut-il se souvenir? Avant d’embaucher un ancien employé, faites vos devoirs.

 

À lire aussi:

 

5 gestes pour accueillir la diversité au sein de votre entreprise

7 questions d’embauche à poser à un candidat pour connaître son vrai potentiel

5 signes qu’un patron est génial

_______

– Suivez Workopolis sur Twitter

Copyright Workopolis. All rights reserved.