8 erreurs d’entrevue que font les gestionnaires d’embauche

By avril 4, 2017 Gestion et RH
erreurs d’entrevue que font les gestionnaires d’embauche

Oui, il existe toute une pléiade de gaffes évitables que les demandeurs d’emploi peuvent faire pendant le processus d’entrevue. Mais qu’en est-il des erreurs d’entrevue que font les gestionnaires d’embauche? Sans vous en rendre compte, vous pourriez persuader les candidats talentueux de refuser une offre d’emploi (ou pire, de refuser une deuxième entrevue).

Si ça se produit souvent, cela peut causer un certain nombre de problèmes, y compris un plus long délai avant de trouver un candidat, voire entacher la marque de l’employeur. Cela pourrait également affecter vos ventes. Selon une étude, 69 % des candidats sont moins susceptibles d’acheter une marque s’ils vivent une mauvaise expérience lors d’une entrevue.

Donc, si vous avez de la difficulté à remplir les postes, il est important de revoir vos manières d’entrevue. Faites-vous des erreurs facilement évitables?

Voici huit erreurs d’entrevue que les gestionnaires d’embauche font parfois.

Arriver en retard

Être à temps pour une entrevue d’emploi est la règle numéro un pour les candidats. Pourtant, les gestionnaires d’embauche n’ont aucun scrupule à faire attendre un candidat nerveux dans le hall pendant qu’ils terminent d’envoyer encore quelques courriels. Rien n’affirme autant que « votre temps n’est pas précieux » que de faire attendre quelqu’un. Mis à part une situation grave (qui devrait être communiquée aussi rapidement que possible), les entretiens devraient commencer à temps chaque fois.

« Lorsque nous parlons d’image de marque d’employeur, cela commence souvent par ce genre d’expériences », dit Shawn D’Souza, gestionnaire d’acquisition de talents chez Workopolis. « N’oubliez pas que le candidat essaie également de décider s’il veut travailler pour votre entreprise, alors si un gestionnaire d’embauche arrive en retard, cela peut vraiment créer une impression négative », dit-il.


Sembler distrait

Oui, vous êtes occupé. De plus, vous êtes à court de main-d’œuvre, c’est pourquoi vous êtes impatient de remplir ce rôle important avec un candidat de choix. Mais vérifier ses textos et ses courriels — ou même prendre un appel téléphonique — vous distrait et vous empêche de saisir les signaux subtils, mais importants que votre candidat vous envoie. Cela interrompt également le fil des pensées du candidat, en plus d’être spectaculairement grossier.

« C’est une question de respect et de traiter les gens comme vous voudriez être traité. Aimeriez-vous que quelqu’un consulte son téléphone pendant que vous lui parlez? Probablement pas, alors assurez-vous de ne pas traiter les candidats ainsi. Rappelez-vous que tout ce que vous faites reflète la marque », dit Shawn D’Souza.

 

Chercher un superhéros

C’est déjà assez grave de remplir l’offre d’emploi d’exigences incroyablement irréalistes : cinq diplômes universitaires, la maîtrise de quatre langues, deux décennies d’expérience, et ainsi de suite. Mais introduire ces attentes dans l’entrevue, et y penser plutôt qu’aux qualités réelles de votre candidat peut être source de confusion et de dépréciation. C’est bien d’être sélectif, mais tout en demeurant réaliste.

Pour plus de conseils sur les offres et les modèles d’offre d’emploi, téléchargez le Guide pratique gratuit de Workopolis sur la rédaction d’offres d’emploi.


Ne pas savoir pour quel poste vous menez une entrevue

Il y a beaucoup de raisons d’avoir une description détaillée de l’emploi que vous cherchez à combler. La raison la plus importante est que cela aide les RH à élaborer une offre d’emploi qui attirera les candidats qualifiés. Mais pendant l’entrevue, cela assure également que vos questions portent sur le bon sujet et que l’information que vous fournissez à vos candidats est claire et concise. Rien n’effraie plus un interlocuteur que l’ambiguïté.

« De la même façon que vous vous attendriez à ce qu’un candidat soit préparé et qu’il ait fait des recherches sur votre entreprise, vous et votre gestionnaire d’embauche devriez être bien renseignés sur les tâches, les responsabilités et la place du rôle dans l’organisation. Un interviewé devrait quitter l’entrevue en ayant le désir de travailler pour votre entreprise, et cela ne peut arriver que quand il a une idée claire de ce à quoi le quotidien ressemble et comment il s’intégrerait dans la structure globale », dit Shawn D’Souza.


Poser des questions ridicules

Cette erreur prend de nombreuses formes. Cela peut vouloir dire poser des questions sans lien avec le poste en question. Par exemple, poser des questions sur la résolution des conflits en milieu de travail est logique pour un gestionnaire de projet potentiel, mais pas pour un responsable de la livraison. Cela peut aussi signifier poser des questions bizarres, obscures ou même existentielles. Vous essayez peut-être de voir comment vos candidats pensent lorsqu’ils sont pris au dépourvu, mais vous semblerez peu professionnel.

« Bien sûr, c’est amusant de savoir si une personne préfère lutter contre un canard de la taille d’un cheval ou contre 100 chevaux aussi petits qu’un canard, mais je pense que cette question n’apporte pas grand-chose au processus décisionnel », dit De Souza.


Oublier de lire le CV en face de vous

C’est en haut de la liste des erreurs pour beaucoup de demandeurs d’emploi : un gestionnaire d’embauche s’assoit pour mener une entrevue et finit par admettre qu’il n’a même pas regardé le CV du candidat. Cela donne l’impression que le gestionnaire est désengagé et trop stressé, donc que ce n’est pas quelqu’un avec qui vous voulez travailler à temps plein.

« Il s’agit encore une fois d’être bien préparé. Plus de temps vous consacrez à examiner les qualifications et les antécédents du candidat, meilleure sera l’entrevue et plus il sera facile de déterminer s’il représente le bon choix pour votre entreprise », dit D’Souza.


Être trop sévère

Embaucher et licencier est une affaire sérieuse et l’entretien d’embauche n’est pas un endroit où tester votre nouveau discours. Mais ce n’est pas non plus un procès criminel. Un sourire ou un peu d’humour (qui convient au milieu de travail, bien sûr) brise la glace et donne le ton pour l’environnement des lieux, ce qui est très important quand un candidat visite les bureaux pour la première fois.

« Les entrevues impliquent beaucoup de formalités, mais au final, c’est vraiment juste une conversation. Vous voulez que les gens soient détendus et honnêtes, alors n’oubliez pas de garder un ton amical », conseille Shawn D’Souza.


Agir de manière froide ou impolie

C’est bien évidemment une mauvaise idée, mais ça arrive souvent. Il est étonnamment fréquent pour un gestionnaire d’embauche d’être sec et de lancer question après question, comme si l’entrevue était un interrogatoire, ce qui fait peur au candidat. L’intervieweur peut également échouer à maintenir une conversation polie, ce qui peut vouloir dire qu’il passe à côté de précieux talents cachés. En bref : la bonté permet une situation gagnant-gagnant.

Bien que ces erreurs d’entrevue soient les plus courantes, il en existe d’autres qui sont beaucoup plus graves. L’âgisme, le sexisme, le racisme et tous les autres ismes nuisibles qui sont interdits par la loi peuvent se glisser dans notre psyché si nous ne faisons pas preuve de vigilance constante. N’oubliez pas de lancer chaque entrevue avec l’esprit ouvert.

 

À lire aussi:

Les 10 questions d’entrevue les plus révélatrices

9 avantages sociaux originaux pour attirer les talents

7 questions d’embauche à poser à un candidat pour connaître son vrai potentiel

_______

– Suivez Workopolis sur Twitter

Copyright Workopolis. All rights reserved.