Économie du partage : 4 raisons pour lesquelles les espaces de travail partagés sont partout

Économie du partage

Le coworking reste un concept relativement nouveau, mais comme le monde du travail est en constante évolution, l’idée commence à gagner en popularité. On estime que le nombre d’espaces de travail partagés double chaque année. En offrant plus de 160 espaces de coworking dans 16 pays différents, WeWork (6e plus grande startup au monde) est de loin l’entreprise la plus populaire du secteur. Nous nous sommes entretenus avec Dave McLaughlin, directeur général de WeWork Est, pour comprendre en quoi ces nouveaux espaces de travail sont devenus une option aussi intéressante.

Tout sur demande

Fondamentalement, les espaces de coworking sont simplement des bureaux ou des espaces de travail où les gens qui y travaillent ne sont pas tous employés par la même organisation. Cette définition couvre plusieurs domaines, de l’espace physique dans lequel les personnes travailleront à la qualité des personnes qui les utilisent.

Mais le principe de base est toujours le même : un bureau dans lequel on partage les équipements, avec des utilisateurs qui peuvent louer un ou plusieurs bureaux, privés ou non, à la journée ou au mois. Souvent, il est possible de réserver le même bureau tous les jours, mais on peut aussi préférer occuper un espace partagé différent chaque fois.

WeWork Économie du partage 
Nomades numériques

« Il y a un virage vers une nouvelle façon de travailler, axée sur le sens », dit Dave McLaughlin à propos de l’explosion de l’emploi autonome. « Il y a aussi des changements plus tangibles, ajoute-t-il. Les gens sont plus mobiles. Les changements économiques et sociaux arrivent plus vite que jamais, et le bail à long terme d’un espace est rendu plus difficile à envisager quand vous ne savez pas si votre entreprise aura besoin de se développer, de changer ou de se déplacer. La flexibilité dans le monde des affaires est de plus en plus importante ! »

Cette exigence de flexibilité et de mobilité rend le coworking extrêmement attrayant, surtout auprès des structures souples qui doivent composer avec une main-d’œuvre éloignée du siège social ou avec des entrepreneurs qui sont constamment sur la route. « Les membres de WeWork couvrent tous les secteurs d’activité, que ce soient des entrepreneurs, des start-ups, des artistes en passant par de petites entreprises jusqu’aux grandes », explique Dave McLaughlin. Ce qui les amène à se rassembler est ce besoin d’espace, surtout lorsque celui-ci est temporaire, limité et mouvant.

À travers sa plateforme ou en personne, WeWork offre à ses utilisateurs un moyen simple et efficace pour réserver des espaces de travail, de les agrandir, de les réduire ou encore de les relocaliser. « Si, par exemple, vous êtes un membre de Toronto, vous pouvez occuper vos bureaux le jour même, réserver une salle de conférence à Londres avec le site WeWork et y organiser une réunion le lendemain. »

Économie partagée

Pour les personnes ou les organisations qui travaillent de cette façon – très indépendante, dynamique et mobile –, les avantages économiques du coworking sont évidents : partager des ressources communes (incluant la sécurité, la maintenance, une cuisine, une imprimante et même une machine à café) est bien plus rentable que d’occuper un bureau individuel, voire parfois un immeuble entier.

Peut-être tout aussi important, les espaces de travail partagés brisent l’isolement dans lequel les travailleurs indépendants et les petites sociétés peuvent se trouver. Dans cet esprit, en 2010, cinq années après la naissance du coworking à San Francisco, Adam Neumann et Miguel McKelvey ont créé WeWork avec la volonté d’offrir un espace où l’échange d’idées et la créativité se mêlent. Leur objectif était de maximiser la dimension communautaire du coworking.

Espace social

« Notre communauté globale est composée de plus de 130 000 membres qui collaborent en personne et par Internet, indique Dave Mclaughlin. Les utilisateurs proviennent de différents secteurs. Ils s’aident les uns les autres en partageant de bonnes pratiques, de nouvelles pistes de travail et même des services. Plus on compte de personnes dans sa communauté, plus on génère des occasions d’échanger, de collaborer, et ce, autant à partir de plateformes numériques que d’espaces physiques.

Afin d’optimiser ce processus, chaque site WeWork dispose d’une équipe de gestionnaires qui encouragent chacun à s’engager à travers des événements de réseautage, des occasions de formation comme des tables rondes, des conversations informelles et d’autres événements sociaux. « L’intention est très importante dans tout ce que vous faites, dit Dave McLaughlin. Chez WeWork, nous fêtons les lundis parce que si vous aimez ce que vous faites et que cela reflète votre authenticité et ce que vous aspirez à être, alors vous n’attendrez pas le week-end. Retroussez vos manches et rejoignez notre communauté, c’est le moyen le plus sûr de tirer le meilleur parti de votre adhésion ! »

 

À lire aussi :

Votre entreprise est-elle attirante pour de futurs candidats?

Le recrutement : miroir et marketing de l’entreprise

Comment faire face aux absences répétées d’un collaborateur ?

_______

– Suivez Workopolis sur Twitter

Copyright Workopolis. All rights reserved.