La loyauté des employés en déclin

Engagement des employés La loyauté des employés en déclin

Près de deux tiers des employés canadiens seraient prêts à quitter leur employeur à tout moment et sans regret. La loyauté envers son employeur est-elle chose du passé?

« De plus en plus d’employés, de tous les groupes d’âge, se considèrent comme des agents libres qui doivent gérer leur carrière de manière proactive » affirme Tom Turpin, président de Randstad Canada. En effet, un récent sondage de la firme vient confirmer la volatilité des travailleurs canadiens. Selon cette étude, 65 % des travailleurs sont prêts à quitter leur employeur à n’importe quel moment si une occasion se présente. Dans ce contexte, les entreprises doivent-elles s’inquiéter du manque de loyauté de leurs employés?

Bien sûr, il y a loin de la coupe aux lèvres. L’étude ne dit pas que les travailleurs vont effectivement bouger, seulement qu’ils en ont le désir. Par contre, ces chiffres signifient que pour certains secteurs où les travailleurs qualifiés sont recherchés, la compétition est forte pour conserver les employés les plus compétents au sein de l’entreprise.

Un portefeuille mieux garni

Parmi les raisons invoquées, 75 % des Canadiens quitteraient leur entreprise pour obtenir un revenu plus élevé. Les employeurs ont donc intérêt à traiter leur personnel avec équité et analyser régulièrement les échelles salariales afin de demeurer concurrentiels.

Le désir d’évoluer

La possibilité de faire avancer leur carrière est un autre facteur qui influence le choix des travailleurs (raison donnée par 70 % des Canadiens interviewés). Les employeurs ont donc avantage à faciliter l’évolution professionnelle de leurs employés, en instaurant, par exemple, un programme de formation continue ou d’évaluation des acquis.

La réalisation de soi

De nos jours, les travailleurs souhaitent davantage que de bonnes conditions d’emploi. Ils veulent mettre en valeur leur talent et leurs capacités. Ils chercheront donc à changer d’employeur si on leur offre un poste qui correspond mieux à leur champ d’expertise et à leurs ambitions (58 % des répondants canadiens).

Pour une entreprise, il est donc avantageux d’instaurer un programme de reconnaissance des compétences et de s’assurer que chaque poste comporte suffisamment de responsabilités et de tâches stimulantes afin que l’employé puisse évoluer et s’épanouir à l’intérieur de ses fonctions.

Conséquences de la perte d’employés

Si l’employeur n’est pas suffisamment proactif dans ce domaine, il risque de faire face à des départs onéreux. Le recrutement de nouveaux employés est en soi un processus qui génère des coûts. De plus, il faut calculer une période de formation des nouveaux employés avant que ceux-ci soient pleinement opérationnels. Le fait de répartir autrement le travail pendant la période de transition ainsi occasionne une perte d’efficacité dans la production. Mieux vaut donc prévenir que guérir…

 

À lire aussi :

5 moyens scientifiquement prouvés de rendre les employés plus heureux (et plus productifs)

10 moyens peu coûteux d’exprimer votre reconnaissance aux employés

6 conseils pour bien saluer le travail des employés

9 avantages sociaux originaux pour attirer les talents

_______

– Suivez Workopolis sur Twitter

Copyright Workopolis. All rights reserved.