Le meilleur jour pour congédier quelqu’un

By septembre 12, 2017 Gestion et RH
Le meilleur jour pour congédier quelqu'un

Y a-t-il un jour meilleur qu’un autre pour congédier quelqu’un ? Pas vraiment. Personne n’aime être « remercié », et la plupart des recruteurs n’aiment pas annoncer à un salarié qu’il vient de perdre son emploi. C’est difficile pour chacune des parties.

Règle générale, la logique suggère que le meilleur jour pour congédier un membre du personnel est celui où la décision définitive a été prise. C’est tout simplement plus honnête que de laisser croire à l’employé que tout va bien alors que le couperet est sur le point de tomber. « Les gestionnaires regrettent rarement d’agir trop rapidement lors d’un congédiement. Par contre, ils regrettent lorsqu’ils attendent trop longtemps », explique le consultant en gestion Dick Grote dans un article de Harvard Business Review portant sur la question.

Mais quel moment de la semaine serait le plus délicat (ou le plus efficace) pour laisser aller un salarié ? Les experts ont des opinions divergentes. Nous avons interrogé quelques recrues, employeurs et experts en ressources humaines pour savoir quel jour est le plus favorable pour un congédiement. Voici leurs préférences.

Le lundi permet des transitions faciles

Dans un article du Business Insider sur la meilleure façon de congédier quelqu’un, le Dr Carl Greenberg de Pragmatic HR Consulting déclare : « Le lundi matin est le meilleur jour. Vous voulez rapidement faire passer la personne qui a travaillé pour vous au processus de recherche d’un autre emploi, ce qui se fait habituellement pendant la semaine. »

Le mardi, la planification des RH et des besoins des employés correspondent

Selon un article du SHRM sur l’humanisation des congédiements, le mardi est de plus en plus le jour privilégié pour mettre à pied un salarié. C’est le bon jour pour congédier quelqu’un parce qu’il donne à l’équipe des RH une journée de délai pour remplir toutes les formalités administratives et parce que ça laisse à l’employé du temps dans la semaine pour faire la transition. « De cette façon, si le travailleur a des questions sur son congédiement, il pourra trouver des gens au bureau pour lui répondre. »

Le mercredi permet à l’employé de recevoir du soutien

Dans un article sur le licenciement des employés, Braun Consulting suggère : « Les congédiements de la mi-semaine permettent à l’employé de prendre contact avec des conseillers dont il pourrait avoir besoin pour l’aider à passer par-dessus cette épreuve. Cela permet de ne pas le laisser dans une situation où il se heurte à une fin de semaine sans pouvoir demander de l’aide alors que beaucoup de choses se passent dans sa tête. »

Le jeudi permet d’allouer du temps au dialogue

Dans ses recherches sur les congédiements dans les grandes entreprises américaines, Kevin F. Hallock cite un chef d’entreprise dans l’industrie de la technologie sur le bon jour pour mettre fin à un lien d’emploi : « Ne le faites jamais le lundi. Toujours un jeudi, car les gens ont le temps de se calmer le vendredi, et nous pouvons en discuter avec eux plus sereinement. »

Le vendredi est le plus simple pour l’entreprise 

Historiquement, les entreprises ont licencié le vendredi parce que cela leur facilitait les paies et la comptabilité. L’idée était de se présenter devant l’employé avec son dernier chèque de paie et de les renvoyer chez lui. Même si la plupart des employés sont maintenant payés par dépôt direct, ce jour est encore populaire, mais controversé. « Les vendredis rendent le départ moins dramatique, mais cela pourrait laisser l’employé ruminer toute la fin de semaine », écrit le Wall Street Journal dans un article sur les meilleures pratiques pour congédier.

La recherche de Hallock a révélé que le vendredi est encore une journée populaire parmi les gestionnaires, car cela aide à contrôler la presse – en particulier lors des licenciements collectifs:

« Plusieurs des gestionnaires que j’ai rencontrés préfèrent congédier les vendredis. En fait, ils le favoriseraient afin que la nouvelle n’apparaisse dans les journaux locaux que le samedi, en raison du sentiment que le nombre de lecteurs diminuerait considérablement le week-end. »

Une autre raison pour un licenciement le vendredi est la sécurité. « L’argument pour le faire un vendredi est que la personne aura tout le week-end pour assimiler la nouvelle; on pense réellement réduire le risque de violence au travail (comme un incident où la personne revient en colère le lendemain) », explique Ask A Manager.

Il semble que, bien qu’il y ait des arguments valables pour n’importe quel jour de la semaine, il n’y a toujours pas de bon jour pour congédier quelqu’un. Peu importe le jour choisi, on ne souhaite à personne de se retrouver dans l’une ou l’autre de ces positions…

 

À lire aussi :

Votre entreprise est-elle attirante pour de futurs candidats?

Des clés pour gérer des employés au comportement toxique

Le recrutement : miroir et marketing de l’entreprise

Comment faire face aux absences répétées d’un collaborateur ?

_______

– Suivez Workopolis sur Twitter

Copyright Workopolis. All rights reserved.