L’ergonomie, clé de la productivité

By août 15, 2016 Gestion et RH

Passer une trentaine d’heures par semaine devant son écran d’ordinateur, c’est une recette pour le désastre, surtout si l’on est mal assis. Une bonne formation en ergonomie peut toutefois aider les travailleurs à améliorer leur posture et donc leur productivité. Ça justifie l’investissement!

Maux de dos, cou tendu, poignet douloureux: des problèmes communs pour les travailleurs qui passent de longues heures assis au bureau. « Ça peut avoir un impact sur la performance et venir la parasiter, car si on est mal assis et mal à l’aise, on se lève plus souvent, on va marcher, donc on est moins disponible pour accomplir notre travail », explique Jean-Pierre Brun, professeur de management à l’Université Laval et directeur de la Chaire en gestion de la santé et de la sécurité au travail.

Et une mauvaise posture coûte cher: une blessure au dos se traduit par 51 jours d’absence en moyenne et coûte environ 2 800 $, selon la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité au travail (CNESST).

Pour Jean-Pierre Brun, le meilleur poste de travail est celui qui permet d’adopter le plus de postures possible, par exemple un bureau ajustable. « Il ne faut pas penser qu’il s’agit seulement d’acheter le mobilier le plus cher. Même si c’est la meilleure chaise au monde, vous ne pouvez pas rester assis sept heures par jour sans développer des problèmes », fait-il valoir.

Le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail recommande d’ailleurs de ne pas demeurer assis plus de 50 minutes de suite. Se lever pour une petite marche, même s’il ne s’agit que d’un aller-retour à l’imprimante, est bénéfique pour le corps. Avec une bonne posture et en bougeant régulièrement, on favorise non seulement la productivité, mais également une meilleure coopération et communication entre les employés et avec l’employeur, un plus faible taux d’absentéisme et un plus faible taux de roulement, selon la CNESST.

Ergonomie : prendre sa posture en main
Acheter le bon équipement de bureau est donc un pas en avant, mais ce n’est pas tout. « Il faut aussi pouvoir former les gens sur comment ajuster leur poste de travail », ajoute Jean-Pierre Brun. La formation en ergonomie de bureau a prouvé son efficacité: une étude de l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail démontre que la moitié des sujets étudiés ont affirmé avoir ressenti moins de douleurs musculo-squelettiques ou de symptômes visuels après avoir reçu une telle formation. Des douleurs en augmentation claire, qu’il ne faut pas banaliser.

Pour l’entreprise qui souhaite s’assurer de la bonne santé de ses employés, engager un ergonome qui fera la tournée des bureaux est donc un investissement rentable. Les chaises ergonomiques se détaillent en moyenne entre 500 $ et 1 200 $. Les bureaux ajustables coûtent un peu moins cher, mais on peut également se procurer un support à écran pour une centaine de dollars plutôt que d’acheter un nouveau mobilier.

« Même si c’est 1 000 $, ça coûte moins cher qu’une tendinite ou qu’un employé qui s’absente pendant un mois, plaide Jean-Pierre Brun. Malheureusement, on attend presque toujours de se blesser à son poste de travail pour l’ajuster. On le sait, c’est comme pour n’importe quoi en prévention, ça coûte toujours plus cher quand le problème apparaît. » Pour lui, mieux vaut investir dès maintenant pour une meilleure santé et une productivité accrue.

Copyright Workopolis. All rights reserved.