Maladie : quand rester à la maison ?

Tendances en milieu de travail Maladie : quand rester à la maison ?

Rhume, grippe, mal de dos… Puis-je rester à la maison ou dois-je aller travailler ? Quelques conseils.

Nous sommes tous déjà passés par cette réflexion. Un bon matin, au réveil, on ne se sent pas très bien. Mais une grosse journée nous attend au bureau. Faut-il rester au lit malgré tout, ou aller travailler, même mal en point ? Tout dépend de nos maux.

Contagieux ou pas contagieux ? Telle est la question 

Nez qui coule, congestion, toux, mal de gorge et éternuements. Pas de doute, il s’agit d’un rhume. Selon le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail, le rhume est l’une des causes principales des journées d’absence au travail.

Si les symptômes sont légers et que l’on prend les précautions nécessaires, comme se laver les mains régulièrement, tousser dans le pli de son coude et éviter d’approcher de trop près nos collègues, il est possible d’aller au boulot.

Dans le cas contraire, et de surcroît, si on est fiévreux, on risque de contaminer notre entourage. Même que dans ce dernier cas, mieux vaut rester au lit, car la fièvre est un signe que notre corps combat un microbe, donc qu’il a besoin de repos.

Les mêmes symptômes s’accompagnent de maux de tête, de frissons, de douleurs musculaires et d’une fatigue générale ? Dites bonjour à la grippe. Dans ce cas, on reste à la maison. L’influenza se guérit en cinq à sept jours pendant lesquels on s’hydrate bien et on prend de l’acétaminophène. On peut retourner au boulot dès que la fièvre a disparu.

Si on parle plutôt de nausée, de vomissements, de crampes ou de diarrhée, le risque que ce soit une gastroentérite est élevé. Selon l’Institut national de santé publique du Québec, il faut alors s’absenter du boulot le temps que durent les symptômes, puisqu’il s’agit de la période durant laquelle la contagiosité est plus grande.

Les autres maux

En cas de maux de tête, on peut s’accorder une petite pause le temps que ça passe, en plus de prendre de l’acétaminophène, de l’aspirine ou de l’ibuprofène pour soulager les symptômes. Ça dégénère en migraine ? On rentre à la maison pour se reposer.

S’il s’agit d’un torticolis, cela dépendra de la nature de notre travail. Le torticolis est en fait un spasme des muscles du cou qui occasionne de la douleur en plus de bloquer notre tête dans une position inconfortable. Selon la position ou les gestes que l’on doit poser dans notre quotidien, on pourrait aggraver notre situation. Rester chez soi pour la journée demeure la meilleure option.

Et le mal de dos, dans tout ça ? L’analyse de la situation sera la même. En phase de douleurs aiguës, on prend congé les 24 ou 48 premières heures, car si la douleur est trop intense, se concentrer sera trop difficile, que l’on soit assis ou debout.

Enfin, peu importe la situation, si une douleur ou des symptômes persistent, on n’hésite pas à consulter un médecin !

Copyright Workopolis. All rights reserved.