Quatre types de candidats dont il faut se méfier

Le recrutement peut être un long processus. Il est donc naturel de vous emballer lorsqu’un candidat qualifié se manifeste. Évitez toutefois les erreurs d’embauche coûteuses : prenez toutes les mesures pour vous assurer de choisir d’emblée le bon candidat.

Certains candidats vous jetteront de la poudre aux yeux : il faut se méfier de ceux qui ont belle allure, et présentent un super curriculum vitae ainsi qu’un sourire amical – sous de brillants extérieurs se cachent parfois des problèmes potentiels. Il existe quelques types de candidats qui semblent parfaits en surface, mais qui risquent de vous causer des difficultés.

Entreprises, prenez garde! Voici quelques types sournois dont il faut se méfier :

Mlle Docile

La vie au travail est plus simple quand on peut compter sur un membre d’équipe docile. En fait, tous les gestionnaires en ressources humaines soutiennent que la « compatibilité » est un des critères importants du succès d’une embauche. Sans compter qu’un style de travail conflictuel déplaît en général à l’administration. Mlle Docile peut cependant se transformer en Mlle Je-suis-incapable-de-pensée-autonome.

Le bon fonctionnement d’une entreprise dépend de la contribution de ses employés et de l’interaction entre ses services. Les collaborations sont essentielles au travail d’une équipe : les discussions, les remue-méninges, les dialogues. L’employé qui acquiesce à tout ce qu’un gestionnaire propose laisse entrevoir qu’il n’a aucune opinion ou connaissance nouvelle à partager. Ou alors, il manque tout simplement d’intérêt. Dans les deux cas, il faut se méfier de l’employé un peu trop docile.

Le génie technique

Il est une étoile de la technique – et il le sait. Le candidat a un curriculum vitae impeccable et un talent fou. Il a travaillé à des projets d’envergure. Certains secteurs d’activités font l’embauche de personnel possédant des connaissances de pointe, par exemple les TI ou l’ingénierie. Dénicher un candidat ayant des compétences très particulières et l’expérience de l’emploi peut s’avérer ardu et peut épuiser une bonne partie de votre budget de recrutement.

La trouvaille d’un tel candidat peut vous pousser à sabler prématurément le champagne. Prenez garde; le type sait qu’il est en forte demande. Il faut savoir passer outre son CV brillant, et évaluer ses compétences non techniques. Est-il arrogant? Saura-t-il s’intégrer à votre équipe? Ou prendra-t-il la poudre d’escampette dès qu’une autre offre intéressante lui sera présentée?

Le fraudeur de titre

Un CV impressionnant attire l’attention lors d’un processus d’embauche. Franchement, les petits ajustements communément apportés à un curriculum vitae sont de pratique courante. Les gestionnaires recruteurs attendent d’un candidat qu’il décrive judicieusement son expérience, tout en la mettant en lien avec le poste prisé. Toutefois, si le titre d’un poste change du tout au tout, on ne parle plus d’adaptation créative – cela devient du mensonge pur. Le candidat qui tente de falsifier le titre d’un emploi à son CV devrait être automatiquement exclu de la course : de nos jours, il y a trop d’information disponible en ligne, sans parler des contrôles de références et des vérifications des antécédents qui sont accessibles aux employeurs.

Le moulin à potins

Personne n’aime les bavards, ni les employés, ni les gestionnaires. Il arrive trop souvent que le bon fonctionnement d’un service soit dérangé par le moulin à potins, celui qui sème les rumeurs et qui colporte les commérages. Les moulins à potins sont souvent des employés sociables et amicaux, qui présentent une belle façade, ce qui rend la situation encore plus difficile. Ils se retrouvent fréquemment dans des postes qui conviennent à leur personnalité, tels le service à la clientèle et les ventes. Comment reconnaître ce danger caché? L’entrevue demeure la meilleure occasion de débusquer le moulin à potins, même si cela reste difficile.

Lorsque vous demandez à un candidat de vous parler de ses emplois précédents, ou des raisons pour lesquelles il souhaite quitter son poste actuel, ses réponses devraient être professionnelles et explicatives. Le candidat dépasse les bornes s’il relate une anecdote au sujet de l’adjointe d’un collègue ou s’il fait des prédictions à propos de la défection probable d’un client. Vous pouvez être certain que ce moulin à potins s’immiscera dans vos affaires, qu’elles le concernent ou non. Soyez prudent lorsque vous rencontrez ce type de candidat.

Vous aurez franchi une étape de plus dans votre quête du candidat idéal si vous tenez compte des risques que présentent ces types de postulants. Vos efforts seront récompensés lorsque vous dénicherez un nouvel employé parfait.

Copyright Workopolis. All rights reserved.