Recrutement : des évaluations en ligne pour vous faire économiser temps et argent

Les tests de recrutement en ligne font non seulement économiser temps et argent aux employeurs; ils simplifient, par leur neutralité, la mise en place d’un processus de recrutement « à l’aveugle ». Cette approche est de plus en plus populaire dans la sphère RH. Petit tour d’horizon des évaluations en ligne.

Les tests permettant d’évaluer une candidature existent depuis plus longtemps que le Web. Mais avec le déploiement des plateformes de recrutement en ligne, on peut faire passer ces tests rapidement, au nombre de candidats que l’on désire, peu importe où ils se trouvent dans le monde.

« Les recherches démontrent que l’environnement dans lequel le test est passé n’a pas d’incidence sur la validité des résultats », dit Martin Cloutier, psychologue organisationnel et associé chez SPB. De plus, il est démontré que le fait de passer ces tests accélère le processus de dotation et fait diminuer le taux d’échec des embauches. » On comprend donc l’intérêt d’y avoir recours!

« À la base, il existe quatre grandes familles d’outils, explique Martin Cloutier. Les inventaires de personnalités, qui visent à établir si une personne est introvertie ou extravertie, organisée ou non, etc. Les tests cognitifs, pour évaluer les capacités intellectuelles du candidat. Les paniers de gestion, pour déterminer les compétences de gestion. Et enfin, les tests d’habiletés et d’aptitudes. »

Ces tests de base sont conçus par de grands constructeurs de tests. Il y a des fournisseurs internationaux comme Hogan, Pearson ou CEB. Mais il existe aussi des fournisseurs locaux, comme la québécoise Compmetrica.
Ces tests sont accessibles par le biais d’agences. Un test choisi à la carte, comme celui de personnalité, peut prendre de 7 à 40 minutes et coûter de 20 à 50 $. Dans le cas d’Emplois Compétences, un hyperlien est envoyé par courriel pour passer le test.

Ensuite, les tests de compétences visent à évaluer si un candidat a le potentiel d’occuper un type d’emploi. Ces tests se présentent comme une combinaison de tests de base. La firme SP a créé des tests de soutien administratif, de service client, de sécurité publique, de chef d’équipe et bien d’autres.

« Le test de leadership d’équipe inclut un test cognitif, un panier de gestion, deux inventaires de personnalité et un identificateur de dérailleurs en situation de stress », énumère Martin Cloutier.
Enfin, il existe des tests plus simples, de connaissances. Vous désirez savoir, par exemple, si le candidat a un bon niveau de français ou se débrouille avec la suite Office? Une firme comme DrakeWize offre des tests en ligne ne prenant que quelques minutes.

Vers un premier prototype de robot-recruteur?
Depuis 2015, la firme SPB a poussé l’innovation un cran plus loin en utilisant sa vaste base de données (elle a conduit 40 000 tests en 2014) couplée à de savants algorithmes pour produire, après un test de compétences, un rapport contenant une recommandation pour le candidat.

« Le rapport réplique le jugement de nos psychologues, explique Martin Cloutier. C’est très graphique, on indique clairement si le candidat fait l’affaire ou non. Et on y joint des conseils d’intégration. »
Alors que la finance a ses robots-conseillers, le monde des RH peut maintenant dire qu’il a son premier robot-recruteur!

';

Previous Post Gig economy: devriez-vous embaucher ou sous-traiter?

';

Next Post Le leadership partagé : une solution pour rallier Y et boomers ?