Silicon Valley : jeûner pour être plus productif

By août 26, 2016 Gestion et RH

Les employés d’une start-up de la Silicon Valley ont décidé de jeûner pendant certains jours de la semaine. Plus efficace que le café, cette méthode augmenterait la productivité…

Lorsqu’on sent une baisse de productivité, notre réflexe est, pour la plupart, le suivant : on se tourne vers la machine à café ou une sucrerie pour s’injecter une dose de vigueur.

La start-up Nootrobox de San Francisco a voulu stimuler les neurones d’une autre façon. Ses huit employés ne mangent pas du lundi soir au mercredi matin. Loin d’être pour des questions religieuses ou une forme de cruauté au travail, cette approche vise à aiguiser les facultés cognitives et à améliorer la santé en général. Et ça marche.

En effet, le président Geoffrey Woo a constaté que le mardi était devenu leur journée la plus productive. Il compare l’expérience à celle « d’un moine qui réussit par la méditation à se déconnecter de son corps pour atteindre un niveau supérieur de calme, de précision et d’efficacité ».

Pourquoi plus productif?
Même si cela semble cruel d’imposer un jeûne à notre corps, celui-ci en a vu d’autres. « Notre corps est capable de résister facilement au jeûne pendant la nuit, à raison de 8 à 12 heures par jour, explique Geneviève Rougeau, nutritionniste et diététiste à Équipenutrition.ca. Là où on commence à voir un changement physiologique, c’est lorsque le corps jeûne de 36 à 48 heures. »

Privé de nourriture pendant une certaine période de temps, notre corps se met en mode survie pour préserver notre masse musculaire et utilise les cétones plutôt que le glucose.

Selon Mark Mattson, chef du laboratoire de neuroscience au National Institute on Aging à Baltimore, ce mécanisme s’expliquerait d’un point de vue de l’évolution humaine : l’activité des neurones et l’énergie du corps augmenteraient pendant les périodes de jeûne de façon à chasser et à trouver de la nourriture pour assurer sa subsistance.

Jeûner, mais pas n’importe comment
Si vous tentez l’expérience au travail, ne vous attendez pas à des résultats immédiats. Les employés de Nootrobox ont mis trois semaines avant que ne s’estompent les obsessions et les fantasmes liés à la nourriture.

« Cette approche est déconseillée aux gens qui ont des maladies cardiovasculaires, des problèmes de foie, de reins ou qui prennent des médicaments, puisque les doses sont adaptées au fait qu’on se nourrit », recommande Geneviève Rougeau.

De plus, si le corps peut se passer d’aliments, ce n’est pas vrai pour l’eau. Sur le site WeFast lancé par l’entreprise, on mentionne bien l’importance de s’hydrater adéquatement en buvant beaucoup d’eau, mais aussi du café sans calories ou du thé, parce que la caféine est reconnue comme un coupe-faim. Certes idéal pour rendre le jeûne plus « tolérable », le café ne doit pas non plus être bu en trop grande quantité, puisque ses effets se feront plus ressentir dans un estomac vide. « Vaut mieux se limiter à deux cafés par jour », souligne la nutritionniste et diététiste.

Et qu’en est-il de l’exercice physique en période de jeûne? « Comme nous avons moins d’énergie sous forme de glucose et que les cétones sont moins efficaces, il vaut mieux privilégier des activités plus cardiovasculaires que musculaires », croit Genevière Rougeau. Les sports de puissance requièrent des besoins trop rapides en glucose.

« Si on ne suit pas une diète optimale le reste du temps, on risque également de tomber en carence de vitamines et de minéraux », ajoute-t-elle.

Surtout, il faut s’écouter. À la minute où on se sent fatigué ou que notre humeur change, il est préférable de conclure que cette pratique n’est pas faite pour nous.

Copyright Workopolis. All rights reserved.