Tendance : le speed-dating professionnel

Embauche et recrutement Gestion et RH

Soixante candidats, quinze employeurs, cinq minutes pour séduire : le speed-dating professionnel gagne en popularité au Québec. Entrepreneurs, designers, bibliothécaires, tous sautent dans le tourbillon des rencontres professionnelles à la vitesse grand V.

Inspiré des rencontres amoureuses, le speed-dating professionnel a fait son apparition au Québec il y a 10 ans, mais connaît une hausse importante depuis cinq ans. Même si l’embauche n’est pas toujours au rendez-vous, tous vantent les bons côtés de cette activité de réseautage-éclair. « On a toujours besoin de nouveaux contacts et d’idées, affirme Michel Geoffroy, président du magazine Le Planificateur, qui organise ce type de soirées pour les planificateurs d’événements. Le speed-dating, c’est la façon la plus rapide de voir si quelqu’un peut combler nos besoins. »

Même si le temps avec chaque participant est court, il permet de multiplier les rencontres entre les employeurs et les candidats potentiels. « Je crois que c’est un bon compromis de limiter le temps, sinon on rencontrerait moins de personnes. On peut quand même discuter plus en profondeur après les tours de table », juge d’ailleurs Marc-Antoine Plante, étudiant à la maîtrise à l’École nationale d’administration publique et grand adepte de réseautage.

Sa participation au speed-dating professionnel de Connexion internationale de Montréal l’an dernier lui a d’ailleurs donné un petit coup de pouce pour décrocher un stage important. « La personne ne m’a pas pris seulement parce que nous nous sommes s’est croisés, mais ça m’a certainement aidé à décrocher une entrevue, estime-t-il. Rendu là, on m’a choisi pour mes compétences, mais si je n’étais pas allé à l’événement, je n’aurais jamais rencontré cette personne. »

Si les milieux des affaires et des ressources humaines sont rompus au réseautage, les domaines moins traditionnels se mettent aussi de la partie. « En construction, les gens sont très occupés, ils n’ont pas le temps de participer à des événements de réseautage, mais la tendance est à la hausse. Les entrepreneurs en construction ont tout intérêt à rencontrer d’autres professionnels pour leurs projets », commente Éric Lafontaine, président d’Alliance E.L., une firme spécialisée en marketing créatif. Ce dernier travaille à ce que des gens de tous horizons se rencontrent pour créer des combinaisons intéressantes.

L’Association des bibliothèques publiques du Québec tient quant à elle son propre événement de speed-dating professionnel depuis 9 ans pour démontrer son dynamisme. À l’Association canadienne des créateurs professionnels de l’image, l’avènement du speed-dating de portfolios a revitalisé l’industrie et optimisé les chances des photographes de décrocher des contrats auprès de directeurs artistiques, que la CAPIC rémunère pour leur présence à l’événement.

L’art de séduire en 5 minutes
Comment faire bonne impression à une activité de speed-dating professionnel? « Apprenez à clarifier vos propos dans un très court laps de temps, conseille Éric Lafontaine. On doit séduire l’autre partie. Évitez aussi les distractions et les sujets non pertinents et gardez l’esprit concentré sur le thème. »

Discuter ensuite avec les participants avec qui l’on a des atomes crochus permet de laisser une impression plus durable, tout comme la relance par courriel. « C’est difficile d’ignorer le courriel de quelqu’un qu’on a déjà rencontré, affirme Michel Geoffroy. Une fois qu’on s’est parlé en personne, il est plus facile de communiquer. »

Revenir aux événements souvent augmente drastiquement les chances de décrocher un emploi. « On ne doit pas aller à un seul événement, estime Éric Lafontaine. Cela prend de cinq à sept rencontres pour développer une relation d’affaires. En revenant, on devient plus habile et à l’aise avec la formule, donc des  »réseauteurs » professionnels! »

En savoir plus
L’étude « Les changements dans les pratiques de recrutement et dans la durée des processus » (PDF)

Copyright Workopolis. All rights reserved.